Actualités

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

 
 
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

L’Assemblée Générale des Nations Unies a proclamé le 25 novembre « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ». Le Préfet de la Meuse s’associe à cette journée pour réaffirmer l’importance que les pouvoirs publics attachent à la prévention et à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Plus de 216 000 femmes sont victimes de violences conjugales en France. Parmi elles, une sur six seulement porte plainte. Tous les deux jours et demi, les violences conjugales sont fatales. La violence conjugale est la première cause de mortalité chez les femmes âgées de 19 à 44 ans dans le monde, devant la guerre, le cancer et les accidents de la route.

> Etude de la Délégation aux victimes du ministère de l’intérieur sur les morts violentes au sein du couple en 2014 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,26 Mb

Ces chiffres soulignent l’ampleur de ces violences inacceptables qui ont de très lourdes conséquences sanitaires, psychologiques, économiques et sociales.

Mais avant tout, les violences sont l’expression la plus grave des inégalités entre les femmes et les hommes. L’égalité entre les femmes et les hommes ne pourra être réelle qu’avec l’élimination de toutes les formes de violences à l’égard des femmes – parce qu’elles sont des femmes. C’est un enjeu majeur pour notre pays, pour notre société et pour l’égalité.

Protéger les femmes victimes de violences, c’est leur permettre de trouver de l’aide, de reprendre leur vie en main, de rebondir en passant de la détresse et de l’emprise à l’autonomie et à la liberté.

Le 4ème plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes fixe trois priorités :

- organiser l’action publique pour qu’aucune violence déclarée ne reste sans réponse ;

- protéger les victimes en assurant leur mise à l’abri et en leur fournissant un accompagnement spécifique ;

- sensibiliser la société pour que les violences faites aux femmes ne soient ni une fatalité ni un tabou.

Et en Meuse?

Sous l’autorité du Préfet, les services de l’État en Meuse, en collaboration avec l’autorité judiciaire, les associations et les collectivités territoriales mettent en place une politique transversale de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes afin que le plan national trouve une déclinaison concrète sur le terrain.

Dans ce cadre la Meuse s’est dotée de plusieurs outils et services qui viennent renforcer les dispositifs de prise en charge des victimes.

  •  La création d’un poste d’intervenant social en police et en gendarmerie porté le Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) de la Meuse depuis le 1er octobre 2015

Basée dans les locaux des forces de l’ordre, l’intervenante sociale offre une réponse immédiate aux personnes concernées par une affaire dont les services de police ou de gendarmerie ont été saisis, ou sont susceptibles de l’être, et qui présente un volet social. Le dispositif répond également à une volonté d’apporter, en temps réel, un soutien aux victimes de violences intrafamiliales se présentant aux services de police ou de gendarmerie. Son champ d’action est fondé sur le court terme et doit permettre, le cas échéant, d’organiser la prise en charge des personnes fragilisées et des victimes par des intervenants spécialisés.

  •  Accueil, information et accompagnement des femmes victimes de violences 

Le CIDFF de la Meuse accueille, informe et accompagne les femmes victimes de violences à son siège social de Verdun ainsi que dans les 16 points d’accès aux droits du département. L’association propose de groupes de paroles mensuels pour les femmes victimes de violences.

Depuis 2013, un accueil de jour départemental pour les femmes victimes de violences a ouvert à Bar-le-Duc, Commercy et Verdun tenue par le CSAConseil supérieur de l'audiovisuel, l’AMIE et le CIDFF. L’accueil de jour permet d’assurer une véritable présence quotidienne pour les femmes victimes de violences conjugales en Meuse. Les femmes victimes de violences, accompagnées de leurs enfants si besoin, y bénéficient d’un accueil inconditionnel, gratuit et anonyme afin de leur apporter une réponse immédiate.

> Affiche de présentation des permanences de l’accueil de jour pour les femmes victimes de violences - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,48 Mb

Le phénomène des violences faites aux femmes ne pourra baisser qu’à condition que l’ensemble de la société soit vigilant et que l’on facilite le parcours de sortie des violences pour les victimes. La lutte contre les violences faites aux femmes est l’affaire de tous.

Sites utiles :

http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr

http://www.cidffmeuse.fr/