Communiqués de presse

Commission de la Chasse et de la Faune Sauvage

 
 
Commission de la Chasse et de la Faune Sauvage

Les chasseurs meusiens invités à augmenter la pression sur le grand gibier

Depuis une dizaine d’années, l’actualité cynégétique en Meuse se porte principalement sur le grand gibier (cerfs, sangliers) compte tenu de l’évolution à la hausse significative des populations. Ces populations de grands animaux occasionnent des dégâts de plus en plus conséquents aux cultures agricoles ainsi que dans le milieu forestier et peuvent affecter la sécurité routière. La gestion des grands gibiers reste un enjeu majeur en Meuse visant le retour à un équilibre entre cultures, forêt et faune sauvage.

En conséquence, les plans de chasse ont été renforcés avec des quotas annuels de prélèvement en nette augmentation pour les sangliers et les cerfs afin de favoriser une maîtrise des populations. Ces attributions à la hausse sont globalement bien comprises par les chasseurs qui formulent très peu de recours contre les objectifs fixés.

La commission Départementale de la Chasse et Faune Sauvage (CDCFS) qui s’est réunie en formation plénière le jeudi 30 août sous la présidence de Madame Muriel NGUYEN, Préfète de la Meuse avait pour ordre du jour l’examen des demandes de modification des plans de chasse « grand gibier », la validation des plans de chasse « petits gibiers » et la présentation du projet de schéma départemental de gestion cynégétique 2018/2024.

La commission a globalement confirmé les objectifs de prélèvement fixés pour les grands cervidés et les sangliers pour la campagne 2018/2019.

Pour les petits gibiers soumis à plan de chasse, les attributions restent relativement peu élevées et n’ont pas induit de débats singuliers.

Décisions d’ores et déjà prises pour la campagne 2018-2019 : intensification des prélèvements et mesures ciblées

Compte tenu de l’accroissement des grands cervidés et de la demande des sylviculteurs, les attributions sont portées à 1100 bracelets. Pour la campagne 2017/2018, 866 bracelets avaient été attribués et 641 cerfs effectivement prélevés. L’effort des chasseurs est reconnu et doit se prolonger en 2018.

La prolifération de l’espèce sanglier et l’importance des dégâts de moins en moins supportables par la profession agricole nécessitent de stopper la dynamique en œuvre. C’est pourquoi, les attributions 2018/2019 s’élèvent d’ores et déjà à 20 700 animaux contre 18 800 pour la précédente campagne.

De plus, des mesures ciblées ont été définies en direction de 71 sociétés de chasse considérés comme sensibles (28 en 2017) par la commission. Ces mesures consistent en la fixation d’un objectif de prélèvement d’au moins 30 % de laies de plus de 60 kg, l’obligation de bracelets de régulation, la communication des règlements intérieurs des sociétés avec interdiction de consignes de tir restrictives, la communication des résultats des battues de chasse dans les 72 heures et la fourniture du calendrier de chasse pour l’organisation des contrôles inopinés.

Des battues administratives seront en outre organisées dans les zones refuge et des battues encadrées pourront être programmées en cas de sous-réalisation. Enfin conformément au Schéma cynégétique, l’agrainage pourra être suspendu dans les secteurs identifiés en points noirs du 1er décembre au 28 février.

Par ailleurs, la maturité rapide des maïs liée aux fortes chaleurs de cet été a conduit Madame la Préfète, sur proposition de la Fédération départementale des chasseurs et de la profession agricole à prendre un arrêté permettant aux sociétés de chasse d’organiser la chasse en battue battues dès 1er août (au lieu du 15 août).

Une présentation et des échanges approfondis autour du projet de futur schéma départemental de gestion cynégétique 2018/2024.

Le Schéma Départemental de Gestion cynégétique du département de la Meuse approuvé le 10 juillet 2012 pour la période 2012-2018 arrive au terme de sa validité. Conformément aux dispositions du code de l’environnement, la Fédération Départementale des Chasseurs a donc engagé fin 2017 l’élaboration d’un nouveau Schéma départemental de gestion cynégétique pour la période 2019-2024 qui sera, in fine, approuvé par la Préfète de la Meuse.

Tout au long de son élaboration, la Commission départementale de la Chasse et de la Faune sauvage, présidée par la Préfète de la Meuse, est le lieu privilégié des échanges sur ce dossier stratégique pour les 6 prochaines années.

Ce schéma a en effet pour objectif d'inscrire la chasse dans une perspective de gestion durable des espèces et des espaces. Il contribue également à la politique environnementale dans le département, en partenariat avec les acteurs du monde agricole, rural et forestier. Les points d’attention actuels portent notamment sur l’identification des secteurs sensibles, et globalement sur les objectifs et les actions concrètes visant, avec une grande réactivité, à l’équilibre agro-sylvo-cynégétique dans le département.

Compte-tenu du besoin d’échanges approfondis visant à parvenir à un schéma dont les objectifs et les dispositions soient partagés par l’ensemble des acteurs, Madame la Préfète a entériné la prorogation du schéma actuel de quelques mois.